logements collectifs
Shape 09 janv. 2023 Chauffage

 Température des logements : individualiser le chauffage collectif

La loi Elan vise à simplifier l’individualisation des frais de chauffage et de refroidissement des immeubles d’habitation. Cependant, pour pouvoir déterminer et réguler la température d’un logement collectif, encore faut-il pouvoir en effectuer le suivi. Découvrons ce qu’il faut savoir sur l’individualisation du chauffage collectif et sur les moyens à la disposition des collectivités pour la rendre possible.

Température des logements collectifs : de nouvelles règles

Alors que les ressources de la planète continuent à s’épuiser et que le réchauffement climatique atteint des extrêmes inquiétants, les individus tout comme les collectivités souhaitent faire de leur mieux pour minimiser le gaspillage d’électricité et de gaz. Le prix de l’énergie, quant à lui, fournit une motivation supplémentaire pour viser une meilleure maîtrise des consommations. Les frais de chauffage représentant en moyenne 60 % du budget énergie annuel des Français, la température des habitations fait l’objet d’un intérêt tout particulier.

C’est là qu’intervient la réglementation sur l’individualisation des compteurs de chauffage collectif, qui a pris effet en 2017. Ainsi, les occupants d’un immeuble chauffé collectivement doivent non seulement pouvoir régler la température de leur logement comme bon leur semble, mais aussi payer une facture basée sur leur consommation réelle.

L’individualisation du chauffage collectif en pratique

À l’échelle des occupants de l’immeuble, l’équité passe par des solutions concrètes par lesquelles chacun peut connaître et maîtriser sa propre consommation d’énergie. Chaque appartement doit désormais être équipé de robinets thermostatiques permettant de régler la température du logement.

Le syndic de copropriété, de son côté, doit être en mesure de répartir les charges locatives relatives au chauffage de manière individualisée. Pour ce faire, il doit pouvoir mesurer avec précision le volume d’énergie consommé au moyen de :

  • Un compteur d’énergie thermique mesurant la quantité d’énergie qui entre dans chaque logement.
  • Un répartiteur électronique qui permet d’assurer le suivi des températures en pratiquant, grâce à des sondes électroniques, des mesures de la température ambiante, ainsi que de la température de surface des radiateurs. La différence entre les deux mesures indique la consommation nécessaire pour obtenir la température souhaitée dans la pièce.
  • Une solution de monitoring SaaS pour effectuer le suivi des températures en temps réel et 100 % à distance. La plateforme Homeys Monitoring permet d’automatiser la gestion de l’énergie, de partager efficacement et facilement les informations et d’optimiser les réglages du chauffage collectif. Cet outil peut aussi alerter les utilisateurs en cas de température anormale ou de dérive de consommation.

Grâce à ces informations, chaque occupant peut régler de manière très précise la température de son logement, mais bénéficie également d’une facturation individuelle. Celle-ci comprend les frais communs de consommation de combustible de l’immeuble, que les habitants partagent équitablement, ainsi que les frais individuels, calculés pour chacun des logements. Ce sont ces derniers qui varient en fonction des habitudes de consommation de chaque appartement.

Maîtriser la température de son logement pour économiser sur sa facture

Disposer d’informations claires sur leur consommation d’énergie permet aux résidents de comprendre comment leurs habitudes impactent le montant de leurs factures. Et en ayant le contrôle sur la température de leur logement, ils peuvent constater à quel point l’adoption de certains écogestes les aide à économiser.

Lorsque la chaufferie collective elle-même est régulée comme il se doit, les occupants peuvent tirer meilleur parti de son rendement en veillant par exemple à isoler correctement leur habitation. Il convient par ailleurs d’éviter de placer tout obstacle (meuble, rideau, etc.) devant les émetteurs en fonctionnement et de ne pas coffrer les radiateurs. Lorsqu’un radiateur est adossé à un mur donnant sur l’extérieur, l’installation d’un réflecteur de chaleur peut aussi minimiser les déperditions.

Enfin, le suivi des températures a toute son importance. Même baisser son chauffage d’un seul degré peut se traduire par des économies considérables. Lorsque le logement est occupé, une température de 19°C à 21°C (moins en cas d’absence) est généralement suffisante dans les pièces de vie. Dans les chambres, 17°C conviennent dans la plupart des cas.

Rappelons toutefois que le confort passe avant tout et que nous ne sommes pas tous égaux devant les écarts de températures. L’individualisation du chauffage central, c’est aussi un moyen de garantir que chaque logement consomme exactement la quantité d’énergie dont il a besoin : ni plus ni moins !

Alexandra
Group 8

Vous avez des questions ?
Ecrivez-nous !