travaux de rénovation énergétique
06 mai 2021

Rénovation énergétique et reste à charge : comment les données fluidifient le financement des travaux ?

Alors que le gouvernement a sonné la fin des offres de rénovation énergétique à 1 euro et que l’accent est maintenant mis sur la rénovation globale permettant de maximiser les économies d’énergie, la question du reste à charge retrouve un rôle important dans le débat. Le reste à charge c’est le montant qui doit encore être financé par le ménage qui réalise des travaux de rénovation énergétique une fois que les différentes aides nationales et locales ont été activées (CEE, MaPrimeRenov…)

Comment peut-on financer le reste à charge de travaux de rénovation énergétique ?

Les aides permettant de réaliser des travaux de rénovation énergétique dans une résidence principale varient en fonction des revenus du ménage et peuvent couvrir jusqu’à 90% du coût des travaux. Il existe différentes solutions pour financer ce reste à charge : eco-PTZ, tiers financement ou prêt bancaire. Toutes ces solutions sont donc directement ou indirectement des emprunts. Pour les ménages aisés, le remboursement de l’emprunt se fera grâce à leurs revenus, en revanche, pour les ménages moins aisés, ce sont les économies d’énergie qui doivent permettre de dégager les montants permettant de rembourser l’emprunt. L’enjeu est donc ici de limiter les conséquences de l’effet rebond qui peut rogner de manière importante les économies générées par les travaux. 

Pourquoi les données de consommation énergétique sont-elles clefs pour fluidifier le financement des travaux de rénovation ?

Les données jouent un rôle clef dans les projets financiers car elles permettent de mieux maîtriser le risque. Dans le cadre d’un projet de travaux de rénovation énergétique, le banquier cherche à savoir si le ménage sera capable de financer le reste à charge des travaux et va donc, dans ce cadre chercher à se rassurer sur le fait que les économies d’énergie permettront au ménage de dégager des ressources lui permettant de rembourser son emprunt.

Les données sont clefs pour le calcul du taux de l’emprunt bancaire. Pour maîtriser son risque, le banquier pourra s’appuyer sur des opérations similaires conduites par le passé. La détention d’un dataset important sur les économies d’énergie obtenues par type de travaux réalisés, par typologie de bâtiment et de ménage va permettre au banquier de quantifier le risque qu’il prend en finançant les travaux de rénovation énergétique et donc d’estimer le risque de défaut de son client pour enfin être capable de proposer le bon taux à son client. 

Les données sont clefs pour alerter en cas de dérive. Lors de la mise en place de l’emprunt, la banque pourrait demander accès aux données de consommation énergétique du ménage (issues des compteurs communicants) pour être en mesure de l’alerter et de le conseiller si ses dépenses énergétiques venaient à dériver avec le temps mettant à risque le remboursement de l’emprunt. La banque peut alors entrer dans une démarche vertueuse en proposant au client des solutions personnalisées lui permettant de mettre fin à ses dérives : alertes en cas de dépassement de consommation, visite d’un conseiller spécialisé...

Les outils développés par Homeys permettent la mise en place d’un tel process lors d’une rénovation énergétique. 

Comment les données du bâti issues de l’opendata peuvent limiter encore le coût des financements ?

Couplées aux données sur les caractéristiques des bâtiments disponibles en opendata, les données de consommation énergétique avant et après travaux permettent de construire des modèles statistiques précis sur les gains en euros générés par les différents types de travaux de rénovation énergétique dans les différentes régions de France. La construction de ces jeux de données est clef dans la capacité des banques à proposer des prêts bancaires adaptés au financement du reste à charge de la rénovation énergétique ou bien même à assurer ces travaux de rénovation énergétique. 

Autant que la multiplication des données dans la rénovation énergétique permettra d’engager plus pleinement le financement privé dans la transition énergétique du logement, cela devrait aussi permettre aux assureurs de proposer de nouveaux produits comme une assurance dédiée à l’efficacité des travaux de rénovation énergétique. Demain, grâce aux données, on financera donc ses travaux de rénovation énergétique avec un prêt bancaire auquel sera associé une assurance sur l’efficacité des travaux et notre banquier et notre assureur nous aideront à réaliser encore plus d’économies d’énergie dans le logement. On participera tous ensemble à la réduction des émissions de gaz à effet serre !

Henri
CHAUFFAGE

Grâce à la plateforme SaaS dédiée au suivi du chauffage collectif, obtenez 25% d'économies d'énergie et un meilleur confort

DIAG

Découvrez notre outil de diagnostic facile à mettre en oeuvre à distance ou bien lors d’une visite chez un client

Vous accompagne dans l’optimisation tarifaire de vos contrats d’électricité et dans l’achat de gaz au meilleur prix.