Décarboner les immeubles

Comment assurer la décarbonation des immeubles ?

Qu’est-ce-que la décarbonation des immeubles ?

La décarbonation des immeubles correspond à la réduction des émissions de gaz à effet de serre qu’émettent les bâtiments dans leur utilisation.

Cette décarbonation peut s’effectuer de deux manières sur ce sujet :

  • Entreprendre des constructions moins carbonées en sollicitant des matériaux et des méthodes plus responsables.
  • Agir pour la réduction de la consommation énergétique d’un bâtiment en agissant sur les leviers d’action qui permettent de détecter des gisements d’économie d’énergie. Cela passe concrètement par la réduction des besoins de chauffage d’un bâtiment en effectuant l’isolation des surfaces donnant sur l’extérieur par exemple. 

Des solutions, comme Homeys, permettent de faciliter la réduction de la consommation énergétique des bâtiments en effectuant de la remontée de données à l’aide d’une solution SaaS qui fait intervenir l’intelligence artificielle.

Maîtriser les besoins en énergie des immeubles

La décarbonation des immeubles doit passer par la maîtrise des besoins en énergie des immeubles. Aujourd’hui, ces besoins se déclinent principalement dans deux secteurs : 

  • Le chauffage : Il représente entre 65 % et 70% des dépenses énergétiques dans un ménage. On peut comprendre dès lors qu’il est un levier majeur. 
  • L’eau chaude sanitaire (ECS) : Représentant entre 10% à 15%, ce secteur est le second levier identifié pour effectuer des économies d’énergies.

On estime qu’en copropriété, les besoins en chauffages et en eau chaude sanitaire (ECS) représentent près de 30% des charges annuelles totales réparties entre les copropriétaires selon leur quote-part. Cette part est très importante et constitue un des éléments clés d’économies sur la facture énergétique. 

Une étude de l’Agence Parisienne du Climat sur 8 copropriétés relève qu’elles consomment près de 25% fois trop que ce qui était projeté après les rénovations. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce constat : 

  • Les logements sont généralement chauffés au-delà de 22 C°. C’est un constat également opéré par les études effectuées par Homeys grâce au relevé des températures au sein des logements.
  • Des équipements obsolètes ou mal entretenus qui ont une performance qui n’est pas à la hauteur de ce qui est attendu (chaudières, vitres, isolation des murs).

Pourquoi maîtriser les besoins en énergie de nos immeubles ? 

Plusieurs raisons justifient le besoin de maîtriser les besoins en énergie des immeubles. 

La première est la nécessité de se préparer aux futures vagues de chaleur et de froid. En effet, le dérèglement climatique ne laisse plus de doutes face à l’augmentation de la fréquence d'événements extrêmes (canicules, grands froids). Mieux gérer dès aujourd’hui ses équipements peut permettre de protéger toutes les personnes vulnérables aux aléas climatiques dès demain.

La deuxième raison est liée au changement de mode de vie qu’a imposé la survenue de la crise de la covid 19. Les ménages, confrontés à la nécessité de se confiner, se sont vus imposer également toutes les contraintes qu’imposent le fait de vivre constamment chez soi. Ce changement de mode de consommation les a rendu plus exigeants vis-à-vis du confort thermique et sonore. 

Il est donc nécessaire que toute la communauté de professionnels de l’énergie se mobilise (syndics, chauffagistes, bureaux d’études,…) afin d’anticiper tous ces besoins en actionnant tous les leviers nécessaires.

Les moyens d’action de décarbonation de l’habitat

Il est nécessaire dès aujourd’hui de développer tous les moyens d’actions possibles pour décarboner l’habitat.

  • Pratiquer des écogestes et chauffer les pièces à la température recommandée par l’ADEME.
  • Choisir le bon fournisseur d’énergie.
  • Individualiser les frais de chauffage dans les immeubles où le chauffage est collectif est présent afin de responsabiliser chacun des ménages sur sa consommation d’énergie. 
  • Mettre en place un suivi de la consommation d’énergie, afin de permettre d’évaluer l’efficacité des travaux entrepris. Ces types de solutions, comme ce que propose Homeys, permettent de visualiser clairement les résultats obtenus.

De manière générale, la régulation de la température constitue un facteur clé de la décarbonation de l’habitat grâce à des pratiques déjà mis en oeuvre et recommandées par de nombreux professionnels : 

  • Le réduit de nuit : C’est un concept qui n’est pas toujours connu mais pourtant fondamental. La nuit, il n’est pas nécessaire de chauffer autant que le jour, cependant il convient de ne pas baisser à outrance le chauffage au risque de voir la facture énergétique gonfler lors de la chauffe des pièces du logements. En effet, il est préférable de conserver une température suffisamment élevée la nuit pour éviter que les chauffages ne consomment trop lors de leur remise en marche.
  • Des températures de retour d’ECS maîtrisées : Que ce soit une hausse ou une baisse importante, il convient de savoir que la température attendue au retour ECS soit celle qui est désirée au risque de voir gonfler les charges de manière importante. 
  • Avoir un faible delta T : Éviter des variations de température trop importantes, c’est permettre de ne pas saturer l’utilisation du chauffage et donc favoriser la réduction des émissions de CO2 en plus de celle de la facture énergétique de ses clients. 

Instaurer des bâtiments autonomes en énergie : l’importance du photovoltaïque

Le photovoltaïque (PV) constitue une source extraordinaire d’économie tant sur la facture énergétique que sur le bilan carbone

Certes, le coût économique et énergétique de production des PV peut sembler important. Cependant il faut comparer ici, le coût environnemental de création d’électricité associé au PV par rapport à celui acheminé.

Louis

Vous avez des questions ?
Ecrivez-nous !